Les cheveux asiatiques ont la spécificité d’être raides. L’alopécie chez les Asiatiques touche un certain nombre de personnes et peut parfois être particulièrement prononcée. Dans ce cas, il est possible de faire une ou plusieurs greffes de cheveux pour masquer définitivement les zones dégarnies du crâne.

 Quelles sont les pathologies des cheveux asiatiques ?

Avec un diamètre compris entre 90 et 120 µm, les cheveux asiatiques sont souvent plus épais que les autres et, à ce titre, sont particulièrement solides. Néanmoins, les personnes d’origine asiatique sont également touchées par le phénomène de chute de cheveux. Actuellement, le motif le plus fréquent de consultation est l’alopécie androgénétique qui touche aussi bien les hommes que les femmes.

Peut-on pratiquer une greffe sur des cheveux asiatiques ?

La greffe capillaire est tout à fait indiquée aux patients d’origine asiatique. Selon l’étendue de la calvitie et la densité de la zone donneuse, deux types d’intervention sont recommandés :

Greffe FUL (FUT à cheveux longs)

Cette technique est conseillée aux patients d’origine asiatique qui souffrent d’un dégarnissement important et dont la densité des zones occipitales et temporales est moyenne, voire faible. La procédure FUL permet d’extraire jusqu’à 4 000 unités folliculaires en une seule séance, et ce, sans rasage préalable de la zone donneuse. L’inconvénient de cette méthode est qu’elle nécessite le prélèvement d’une bandelette de cuir chevelu à l’arrière du crâne et qu’elle laisse à ce titre une cicatrice très fine (de moins d’un millimètre de largeur).

Greffe FUE

La procédure FUE est conseillée aux patients d’origine asiatique, dont l’alopécie est limitée et qui souhaitent pouvoir continuer à se raser le crâne à l’avenir. Les unités folliculaires sont extraites à l’aide d’un micro-punch motorisé. L’extraction laisse pour seules traces des petits points circulaires de moins d’un millimètre de diamètre. L’avantage est que le chirurgien peut prélever des follicules pileux non seulement sur la zone occipitale de la tête, mais également sur les tempes, ce qui augmente la zone donneuse potentielle de 30 à 50 %. L’inconvénient de la greffe FUE est qu’on ne peut greffer pas plus de 2 000 unités folliculaires par séance et qu’elle nécessite souvent un rasage préalable de la zone donneuse, voire de la tête toute entière et qu’elle laisse des micro-cicatrices de moins de 1mm de diamètre.