Le Docteur Pierre Bouhanna interviewé au journal de 20 heures sur TF1 !

Dr Pierre Bouhanna

Le vendredi 10 janvier dernier, le journal de 20 heures de TF1 a diffusé un reportage intitulé « Chutes de cheveux : vraies solutions et charlatans ». Le co-fondateur du CMCC, le Docteur Pierre Bouhanna, était interrogé comme chirurgien expert du cuir chevelu. L’occasion de faire le point sur une pathologie qui touche près de douze millions de Français.

Des patients en souffrance

Le reportage de TF1 rappelle une réalité : la calvitie est un phénomène qui touche beaucoup de monde. On estime ainsi que 70 % des hommes souffriront un jour d’alopécie androgénétique. Quant aux femmes, elles ne sont pas épargnées par cette pathologie du cuir chevelu, qui entraînent la disparition progressive des cheveux.

Au cours du reportage, plusieurs patients sont interrogés et ils font tous part de leur mal-être. Aussi bien pour les hommes que pour les femmes, la calvitie est particulièrement difficile à vivre au quotidien. L’impact sur le plan psychologique et en matière d’estime personnelle peut ainsi être dévastateur, comme en témoigne Caroline, la patiente du CMCC interviewée par la journaliste de TF1. Elle explique ainsi que perdre ses cheveux, c’est pour elle une « souffrance » permanente. Chaque matin, elle retrouve des centaines de cheveux sur l’oreiller et, quand elle se regarde dans le miroir, elle ne peut que constater le dégarnissement de son cuir chevelu. Sans compter le regard des autres qui est différent.

Attention aux charlatans

Malheureusement, certains acteurs tendent à profiter de la crédulité et de la souffrance des patients, en leur vendant des traitements que le Docteur Pierre Bouhanna assimile « à de la poudre de perlimpinpin » et qui, comme le montre le reportage de TF1, peuvent s’avérer très onéreux pour les patients, et cela, malgré des résultats mitigés.

Il ne s’agit pas d’être contre les crèmes ou les lotions, qui ont leur place. Quand on en est au premier stade d’une alopécie androgénétique et que la chute est encore modérée, il est utile de faire des soins cosmétiques pour améliorer l’aspect des cheveux et, surtout, de lutter contre les premiers symptômes de l’hyperséborrhée. De la même manière, faire des cures de vitamines une à deux fois par an peut stimuler et fortifier les cheveux.

Néanmoins, il est faux de croire que les traitements cosmétiques entraînent la repousse miraculeuse des cheveux. La calvitie est en effet causée à la fois par la sécrétion d’hormones mâles et la prédisposition génétique des follicules pileux à être sensibles à ces hormones. Même si les crèmes et lotions peuvent limiter l’hyperséborrhée et ralentir la chute déclenchée par le phénomène androgénétique, en revanche, elles n’ont aucune influence sur le dégarnissement du cuir chevelu.

Les solutions thérapeutiques contre la calvitie

Le reportage de TF1 présente deux solutions thérapeutiques dont l’efficacité est prouvée scientifiquement (elles sont toutes deux proposées au CMCC). Voici en quoi elles consistent :

  • la thérapie laser : il s’agit d’une solution thérapeutique non invasive qui stimule l’activité des follicules pileux en propulsant sur eux différentes énergies. Les follicules absorbent la lumière, ce qui favorise la croissance capillaire, tout en normalisant les symptômes associés à l’alopécie androgénétique (cheveux gras, pellicules, démangeaisons). De nombreuses études ont montré qu’après une photothérapie, les cheveux poussaient plus vite et devenaient plus denses. Dans certains cas, l’état capillaire du patient peut même s’améliorer significativement.
  • la greffe capillaire : la greffe est, quant à elle, la seule solution qui permette de regarnir définitivement un cuir chevelu clairsemé. Dans le reportage de TF1, le Dr Pierre Bouhanna implante près de 2 000 cheveux sur sa patiente Caroline. Pour cela, il réalise une greffe FUT sans rasage, c’est-à-dire qu’il prélève une bandelette de cheveux longs derrière la nuque. Puis, il dissèque la bandelette en unités folliculaires avant de réimplanter ces dernières sur les zones dégarnies. Pourquoi un prélèvement derrière la nuque ? Tout simplement parce que les cheveux situés sur la couronne sont épargnés par le phénomène d’alopécie. Quant à la technique FUT, elle est particulièrement adaptée pour les femmes, parce que celles-ci ont souvent une densité moyenne au niveau de la zone de prélèvement et, surtout, la greffe FUT ne nécessite aucun rasage préalable. De plus, la cicatrice, très fine, sera cachée par les cheveux située sur la couronne. De plus, elle permet de transplanter un nombre plus grand de cheveux en une seule séance. Pour les hommes, notamment ceux qui veulent pouvoir se raser le crâne, une greffe FUE, peut être prescrite. Le principe est le même, mais le prélèvement se fait par extraction folliculaire à l’aide d’un micropunch, qui laissera des cicatrices circulaires à peine visibles à l’œil nu. Le chirurgien peut donc prélèver des greffons aussi bien sur l’occiput que sur les tempes. L’inconvénient, c’est qu’il est souvent recommandé de raser tout ou partie du cuir chevelu. Que ce soit pour la greffe FUT ou pour la greffe FUE, le résultat sera final au bout d’un an.

Vous pouvez contacter le standard du CMCC si vous souhaitez des renseignements sur les solutions permettant de lutter contre l’alopécie androgénétique masculine ou féminine au 01 84 83 14 00 ou prendre un rendez-vous en cliquant ici.

Découvrez ce reportage en vidéo (en vous rendant directement à 20 minutes 30 secondes) !