Greffe de cheveux FUT ou FUE : comment choisir ?

Les patients souffrant de calvitie le savent pertinemment : la greffe de cheveux est aujourd’hui la solution chirurgicale la plus adaptée pour corriger leur problématique capillaire de manière définitive et esthétique. Seulement, quand ils commencent à faire des recherches sur Internet ou qu’ils en discutent avec leur chirurgien, ils s’aperçoivent qu’ils doivent choisir entre deux méthodes de transplantation capillaire : la greffe de cheveux FUT et la greffe de cheveux FUE.

Les différences entre la greffe de cheveux FUT et FUE

Ce qui différencie la greffe de cheveux FUT de la greffe de cheveux FUE n’est pas le résultat : celui-ci sera naturel et définitif et prendra environ un an à se stabiliser. Dans les deux cas, le médecin prélève, sur la zone épargnée par le phénomène d’alopécie androgénétique, des follicules pileux qu’il injecte ensuite sur la ou les zone(s) dégarnie(s).

Ce qui différencie véritablement les deux techniques de greffe, c’est la méthode de prélèvement des bulbes capillaires. Pour pratiquer une greffe FUT, le praticien doit d’abord extraire, au niveau de l’occiput, une bandelette de cuir chevelu qu’il découpe ensuite en micro ou mini-greffes. Lorsqu’il réalise une greffe FUE, en revanche, il extrait les greffons unité folliculaire par unité folliculaire à l’aide d’un micro-punch mesurant entre 0,8 et 0,9 millimètre de diamètre.

Comment déterminer la méthode la plus adaptée aux besoins du patient ?

Critères de choix

Consultation pour une greffe de cheveuxLe choix de la technique va dépendre en priorité de critères médicaux, même si certains critères pratiques peuvent également entrer en ligne de compte.

Caractéristiques capillaires

Au cours de la séance de consultation, le médecin examine attentivement les caractéristiques capillaires du patient. Il cherche notamment à mesurer :

  • la densité et le nombre de cheveux par follicule : les deux techniques de greffe sont envisageables, quels que soient la densité capillaire et le nombre de cheveux par follicule.
  • le diamètre des cheveux : lorsque les patients ont les cheveux fins, il est parfois recommandé de faire une greffe FUT, car, avec la méthode FUE, l’« effet de densité » est moindre.

Taille de la zone à corriger

Au cours de l’examen clinique préopératoire, le chirurgien mesure précisément la taille de la zone qu’il lui faudra corriger lors de son intervention. Si la calvitie est petite ou moyenne, la greffe FUE sera la solution la plus appropriée, dans la mesure où l’on peut prélever jusqu’à 2 000 greffons en une seule séance. En revanche, si l’alopécie est diffuse ou très avancée et que la réserve capillaire du patient l’autorise, alors le médecin préconisera plutôt une greffe FUT, car cette technique permet d’extraire jusqu’à 4 000 greffons en une seule séance.

À noter qu’il est tout à fait possible de corriger une alopécie de grande taille avec la technique FUE, mais que cela nécessite plusieurs séances. Par ailleurs, si l’alopécie est vraiment très avancée, le chirurgien peut pratiquer les deux techniques au cours d’une même séance. Dans ce cas, il utilise la méthode FUT pour prélever les greffons sur l’occiput et la méthode FUE pour prélever ceux des zones temporales. Au total, cette utilisation combinée des procédures FUT et FUE permet d’augmenter la taille de la zone donneuse de 30 à 50 %.

Souplesse du cuir chevelu

La souplesse du cuir chevelu – on parle également de « laxité » – est un autre critère dont il faut tenir compter si l’on envisage une greffe FUT, car une laxité insuffisante rendra difficile la cicatrisation de la zone donneuse. La souplesse du cuir chevelu est évaluée au cours de l’examen clinique préopératoire. Si les résultats sont insuffisants, alors il pourra préconiser une greffe FUE plutôt qu’une greffe FUT.

Type de cheveux

Pour les patients d’origine européenne et asiatique, il n’existe aucune contre-indication particulière ni à la greffe FUE ni à la greffe FUT. En revanche, la technique FUT est fortement recommandée aux patients ayant des cheveux crépus. Ceux-ci ont en effet la particularité de friser sous le derme capillaire et le prélèvement par bandelette permet de réduire considérablement le risque de mauvais prélèvement.

Cicatrisation

Si le patient cicatrise mal, alors le chirurgien prescrira de préférence une greffe FUE. L’opération est en effet peu invasive. Dans la mesure où les plaies résultant de l’extraction des follicules mesurent moins d’un millimètre de diamètre, elles cicatrisent facilement.

Contrairement aux idées reçues, la greffe FUT peut malgré tout être envisagée en cas de cicatrisation difficile. Dans ce cas, le chirurgien utilise tout simplement des techniques de chirurgie esthétique pour rendre la cicatrice la plus discrète possible. Effectivement, celle-ci ne mesure pas plus d’un millimètre de hauteur et se fond parfaitement dans la chevelure.

Rasage

En cas de petite calvitie, les deux techniques de greffe peuvent être utilisées sans rasage. En revanche, si la calvitie est importante, la procédure FUE impliquera de raser tout ou une partie du cuir chevelu. On recommande fréquemment la méthode FUT aux patients, en particulier aux femmes. Depuis que le Docteur Pierre Bouhanna a mis au point la technique FUT à cheveux longs, il n’est en effet plus nécessaire de raser ni la zone donneuse ni la zone receveuse. En conséquence, moins de séances seront nécessaires pour greffer le même nombre d’implants sans rasage.

Sensibilité du patient à la douleur

Quelle que soit la technique de greffe utilisée, l’intervention est totalement indolore, dans la mesure où elle est réalisée sous anesthésie locale. Aux patients les plus sensibles, le chirurgien peut même prescrire une pommade permettant de rendre la piqûre anesthésiante indolore. En revanche, après l’intervention, la technique FUT provoque souvent des sensations de gêne et de tiraillement au niveau de la zone donneuse. Il s’agit néanmoins de douleurs faibles qui peuvent être contrôlées à l’aide de paracétamol et qui ne durent pas plus de trois jours. La greffe FUE étant moins invasive, elle provoque moins de douleurs post-opératoires.

Disponibilité du patient

La procédure FUE est plus longue que la greffe FUT, tout simplement parce que l’extraction des greffons se fait unité folliculaire par unité folliculaire. Il faut ainsi compter entre 3h00 et 3h30 pour 1 000 greffons et entre 5h00 et 6h00 pour 2 000 greffons. En revanche, pour une greffe FUT, le patient reste entre 2h00 et 5h00 heures sur le fauteuil d’opération, selon l’ampleur de la zone à re-densifier.

Vous pouvez contacter le standard du CMCC si vous souhaitez des renseignements sur la greffe FUE ou FUT au 01 84 83 14 00 ou prendre rendez-vous en cliquant ici.