Qu’est-ce que la trichotillomanie ?

C’est avant tout un trouble psychologique qui consiste à s’arracher les cheveux de manière compulsive et répétitive. Soumises à une tension permanente, les racines finissent par être fragilisées et l’on constate une accélération du cycle de renouvellement des cheveux. Sur le long terme, les follicules pileux finissent par s’atrophient avant de disparaître complètement. Chez les enfants, seule une partie du crâne est concernée, alors que l’arrachage est plus étendu chez les adultes.

Est-ce fréquent ?

Il est difficile d’avoir une idée précise du nombre de personnes concernées par la trichotillomanie, car elles évoquent rarement leur problème (parfois, parce qu’elles n’en sont pas conscientes). D’après certaines études, néanmoins, la prévalence de la trichotillomanie serait de 1 à 4 % de la population. Les enfants (aux alentours de deux ans) et les jeunes adolescents (vers 10-12 ans) sont les plus touchés par ce trouble. Si ce trouble se poursuit jusqu’à l’âge adulte, alors les conséquences sur l’estime de soi et la confiance personnelle peuvent être très importantes.

Quelle est la cause de la trichotillomanie ?

La trichotillomanie est un trouble psychologique qui se manifeste par une difficulté à contrôler ses impulsions. Elle s’apparente largement à un tic qui se produit d’abord pour soulager une tension ou une angoisse et qui se transforme peu à peu en habitude.

Existe-t-il des traitements contre la trichotillomanie ?

Pour résoudre son problème de trichotillomanie, le mieux est de consulter un spécialiste qui préconisera le traitement psychologique ou médicamenteux le plus adapté. Sur le plan dermatologique, si la trichotillomanie perdure jusqu’à l’âge adulte et qu’elle entraîne une destruction définitive des follicules pileux, alors il est possible de corriger le problème grâce à des greffes de cheveux, des séances de dermopigmentation capillaire ou à la pose d’une prothèse capillaire.