Qu’est-ce que la pelade ?

Il s’agit d’une alopécie en plaques particulièrement aiguë. Les cheveux tombent par touffe sur des zones plus ou moins circonscrites du cuir chevelu. La chute de cheveux est extrêmement rapide  et peut se produire en 24 heures pour les cas les plus aigus.

Il existe différents type de pelade :

  • alopecia areata : la chute est très localisée. Une, voire plusieurs zones d’un à quatre centimètres de diamètre se trouvent soudain totalement dépourvues de cheveux.
  • alopecia totalis : tous les cheveux tombent d’un coup.
  • alopecia universalis : tous les poils du corps disparaissent, non seulement les cheveux, mais également les sourcils, les cils et encore les poils pubiens.
  • ophiasis : la pelade ne touche que les régions occipitales et temporales du crâne
  • alopecia areata diffuse : il s’agit d’une pelade parce que les cheveux tombent soudainement, mais elle n’est ni localisée ni totale. En revanche, il est fréquent de voir les cheveux restants devenir gris.

Quel que soit le type de pelade, le cuir chevelu n’est absolument pas affecté par le phénomène.

Est-ce fréquent ?

D’après une étude de l’Inserm réalisée en 2004, il y aurait 80 000 personnes – hommes et femmes – qui seraient atteints de pelade en France. Dans 50 % des cas, la maladie survient pendant l’enfance et, dans 80 %, avant l’âge de 40 ans.

Quelle est la cause de la pelade ?

La pelade est une maladie auto-immune. Tout à coup, les lymphocytes T considèrent les follicules pileux comme des corps étrangers et ordonnent au système immunitaire de les détruire. Celui-ci s’attaque alors aux bulbes capillaires avec l’intention affichée de les faire disparaître. Même s’il existe une prédisposition génétique, il ne s’agit pas d’une pathologie héréditaire. De la même manière, les moments de stress intense, les infections virales ou les changements hormonaux ne sont pas à l’origine de la pelade, mais constituent des facteurs aggravants.

Existe-t-il des traitements contre la pelade ?

Il n’existe pas de traitement spécifique contre la pelade. Dans 80 % des cas, les cheveux repoussent d’eux-mêmes six à douze mois après la chute (les cellules souches des follicules pileux ont en effet été épargnées par les anticorps). Certains patients peuvent néanmoins attendre plusieurs années avant de voir leurs cheveux repousser. Il semble que l’application de Minoxidil ou de dermocorticoides ou encore l’injection d’acétonide de triamcinolone permettent de stimuler la repousse des cheveux. Pour masquer une pelade, qu’elle soit partielle ou totale, les patients auront généralement recours à une prothèse capillaire.

Dans tous les cas, une prise en charge psychologique est absolument indispensable pour accompagner les personnes qui souffrent de pelade.